S’exprimer et s’engager dans le mouvement social

Par touches successives le gouvernement, les organisations patronales, financières et les multinationales bâtissent une société totalement vouée au marché, dans laquelle les solidarités doivent s’estomper au profit de la concurrence. L’exclusion par la précarité s’accentue, au travail comme dans l’ensemble de la société.

Ce constat fait par Le Collectif des Associations Citoyennes (CAC) va plus loin puisqu’il engage les associations à se mobiliser et à s’exprimer dans un esprit citoyen sur des sujets de société sensibles.

Genèse du collectif

Le collectif est né en 2010 pour lutter contre la réduction des associations à leur seule dimension économique et défendre la contribution des associations à l’intérêt général et à la construction d’une société solidaire, durable et participative. Après avoir déposé un recours en Conseil d’État contre la circulaire Fillon, qui assimilait l’ensemble des associations à des entreprises, le Collectif a développé une analyse globale des difficultés associatives et élaboré des propositions pour une nouvelle politique associative. Il touche aujourd’hui près de 8 000 responsables associatifs et regroupe plus 1 000 associations, dont 95 réseaux nationaux.

 

Aujourd’hui le Collectif poursuit trois orientations principales, à savoir lutter contre la marchandisation de l’action associative, poursuivre le dialogue institutionnel et accompagner les mobilisations locales et sectorielles.

Le Collectif a entrepris de mettre en lien les associations qui se mobilisent au niveau local ou régional contre leur situation, de plus en plus difficile. Il s’agit également de redonner espoir aux associations et leur donner conscience de la portée de leur action pour l’avenir de la société.

Face aux inégalités qui s’exacerbent, le collectif exhorte les associations à faire entendre leur voix sur un certain nombre de thèmes” La charité présentée sous des formes “modernes” telles que la philanthropie, le mécénat ou l’entrepreneuriat social est appelée à se substituer progressivement aux conquêtes sociales fondées sur la solidarité. Le lien social, la possibilité de bien vivre ensemble dans la liberté, l’égalité et la fraternité s’en trouvent altérés au plus grand profit de discours d’exclusion, de peur, de haine et de rejet des autres. Ces derniers mois, la transformation vers cette société de marché, segmentée, excluante, s’est encore accélérée, avec des dispositions telles que les “social impact bonds” (SIB), rebaptisés contrats à impact social (CIS) par le gouvernement, qui transforment les associations en supplétifs des banques et des financeurs privés et remettent en cause les fondements de l’engagement associatif. D’autres mesures, votées par le parlement ou en cours d’examen vont dans le même sens : la loi sur le renseignement, la loi de modification des procédures pénales, la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité et de l’Etat d’urgence, la réforme du code du travail….

Le Collectif des associations citoyennes dénonce ces dispositions et appelle les associations citoyennes à réagir à partir de leur situation concrète et à être partie prenante du mouvement social.

 

Contacts :
Collectif des Associations Citoyennes
108 rue Saint-Maur 75011 Paris – Tél. : 01 48 07 86 16 ou 07 70 98 78 56
contact@associations-citoyennes.net

Articles similaires

Écrire un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par:*