Le Récantou régale papilles et neurones

Il est 10 heures, une grille grince, une porte s’ouvre, des consomm’acteurs entrent et découvrent un lieu unique à Toulouse: le Récantou, «L’Autre boutique»

Tout a commencé après les municipales de 2008 où l’Autre Liste composée d’altermondialistes et conduite par François Simon avait dépassé les 5%. Une dynamique est en marche, elle se concrétise par la création de l’Association Écologique et Culturelle pour la Relocalisation de l’Économie dans un Monde Solidaire (APRES). «Nous avions des liens historiques avec des paysans de la région et notamment des compagnons de lutte dans le cadre du fauchage des OGM. Et notamment Alain Moles paysan en bio, avec lui nous avions décidé de mettre en place la distribution de paniers paysans du Tarn et Garonne à Toulouse, sans abandonner le débat» raconte Philippe Samson.

Des soirées de distribution de paniers suivies de rencontres culturelles et écologiques sont organisées dans différents lieux. Avec dès le départ la participation active de la librairie Floury basée à Toulouse qui approvisionne aujourd’hui la partie du Récantou réservée aux livres.

Le succès grandissant des rencontres et l’augmentation constante du nombre de paniers distribués conduit les membres de l’APRES et les frères Floury à s’interroger. L’idée d’ouvrir un lieu convivial avec un réseau de paysans, germe dans les esprits. Dans un premier temps l’APRES décide de créer un emploi aidé pour gérer les distributions des paniers. Elle bénéficie d’un coup de pouce de François Simon devenu vice-président du Conseil Régional Midi-Pyrénées. Philippe Zydzyak est embauché, il cherche et trouve un local libre au 42 rue des 7 Troubadours à Toulouse. Aujourd’hui le Récantou a créé l’équivalent de trois emplois «nous sommes au cœur du lien que nous imagions qui faisait le lien entre cultures et culture. Tous les paysans ont signé la charte de l’agriculture paysanne qui par certains aspects va plus loin que le label bio» note Philippe Samson.

L’organisation du récantou permet d’obtenir une qualité optimum et des prix corrects grâce à la vente directe. Jean-Claude, de la Confédération Paysanne, qui vient livrer ses œufs bios assure «nos trois mille poules sont en liberté totale»

 

Renaud Delpeyroux Christian Moretto

 

Photos : Une partie de l’équipe dynamique du

 

 

Articles similaires

Écrire un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par:*