L’étiopathie – Une technique manuelle qui recherche la cause de vos maux

L’étiopathie – Une technique manuelle qui recherche la cause de vos maux

Mise au point par Christian Trédaniel en 1963, l’Etiopathie est une discipline médicale qui s’adresse à tous les âges et pour laquelle le praticien n’utilise que ses mains pour traiter le patient. Cette pratique semble très proche d’autres thérapies manuelles, mais se distingue par son mode de traitement des symptômes à plus long terme, en établissant un diagnostic des causes profondes à l’origine des maux qui envahissent parfois notre vie. Pour mieux comprendre l’essence de cette discipline, il suffit de se pencher sur l’éthymologie du mot.

En effet, “Etiopathy” vient du mot grec: aitia [la cause] et pathos [mot grec (πάθος) qui signifie  souffrance, affect ]. Il y a donc prise en charge de la souffrance du patient mais en tenant compte de la cause responsable des maux occasionnés. Pour mieux cerner l’approche étiopathique et ses différences fondamentales avec d’autres pratiques manuelles, dont l’ostéopathie, nous avons rencontré Anne Grivet, étiopathe et médecin généraliste de formation, à son cabinet de Soustons dans les Landes. “C’est une santé de bon sens” précise-t-elle. “En tant que médecin je me suis intéressée à l’étiopathie car j’y trouvais une justesse dans la manière d’appréhender les pathologies de l’humain. On s’appuie sur des choses concrètes, sur une analyse rigoureuse et (étio)logique de l’état du patient, on se penche sur son unicité, son histoire, ses antécédents. Le but est de déceler la cause des troubles sans la confondre avec les effets constatés.”

 

Une technique qui participe au bon maintien du corps dans un équilibre naturel

L’Etiopathie est un moyen de mettre en évidence le lien entre les symptômes présentés par les patients et leurs causes mécaniques pour mieux y adapter les soins appropriés. L’Etiopathe se concentre davantage sur les symptômes du patient, les analyse et établit des liens de causalité  en se fondant sur des notions anatomiques, physiologiques et cliniques. Cette reconnaissance lui permet de détecter la principale cause de la douleur et de la définir. Dans l’étiopathie, l’étape principale reste la recherche de la cause et la finalité en est le réajustement par manipulation. La prise en charge est uniquement mécanique. Le praticien doit rétablir une mobilité correcte des systèmes articulaires et/ou organiques. Une fois le mécanisme de base de la douleur identifié, l’étiopathe met en place le protocole thérapeutique le plus adapté. Il procède à un ou plusieurs réajustements pour soulager le patient et son approche se fonde sur l’action neurovasculaire des techniques employées.

 

Etiopathe /Ostéopathe : quelle différence ?

L’étiopathe est formé(e) dans l’une des quatre écoles d’étiopathie en France (Paris, Rennes, Toulouse, Lyon) sous la supervision de l’Institut international étiopathique (à savoir l’IIE). Chaque professionnel suit une formation de 6 ans. Le cursus défini par l’IIE associe une étude théorique et pratique. Au cours de ses six années, les étudiants seront en cours pratique avec des professionnels et les milieux médicaux hospitaliers ouverts à cette pratique . Pour compléter leur formation, les étudiants en 6ème année assurent des gardes  dans le cadre des urgences de l’hôpital partenaire. Quant aux Ostéopathes, ils sont formés dans l’une des écoles ostéopathiques, lesquelles diffèrent parfois dans leurs approches. L’Ostéopathie englobe l’énergétique, la fascia-thérapie, le psycho-cognitif et ses essais sont basés sur des éléments subjectifs. Les ostéopathes expliquent qu’il y a presque autant d’ostéopathes que de praticiens. Leur pratique se fonde uniquement sur la douleur du patient et non sur les causes originelles des symptômes du patient. Et enfin les programmes de formation diffèrent et peuvent durer de quelques mois à 5 ans. Dans les deux disciplines, les approches s’affinent en fonction des cursus des praticiens (médecins ou non ou exerçant en utilisant d’autres orientations thérapeutiques). Comme le souligne Anne GRIVET, l’étiopathie suppose une profonde remise en question du métier qui n’est pas toujours évidente.

 

Qui est concerné par l’Etiopathie?

Tout le monde, du nourrisson à la personne âgée, même la femme enceinte relève de ce type de soins. Tous les stades de la vie sont concernés.

etiopathiepicsPar exemple chez le nouveau-né, certains traumatismes tels qu’une naissance difficile peuvent avoir des répercussions directes sur certaines manifestations comme des troubles de transit, des reflux. Chez l’enfant, on retrouve également les rhinites / otites chroniques, l’asthme, les affections broncho-pulmonaires. En outre, la pratique d’une activité sportive va de pair avec les petits accidents qui provoquent des troubles articulaires. L’entorse, la douleur musculaire ne sont en général pas graves mais nécessitent des soins mécaniques appropriés.  Si ces troubles sont fréquents, un traitement étiopathique peut-être conseillé. De même chez la femme enceinte, le développement du foetus conduit à une modification importante de l’organisation spatiale du système digestif de la mère et génère des troubles digestifs tels que reflux œsophagien, lourdeur abdominale, perte d’appétit …, tous ces désagréments relèvent de l’étiopathe. La grossesse entraîne également une modification de posture importante, laquelle provoque des maux de dos, des maux d’estomac, des lumbagos, des douleurs du nerf sciatique… tous ces phénomènes névralgiques parmi d’autres peuvent également être résolus. Au cours de sa vie, l’adulte ne prend pas le temps d’écouter son corps. La pratique d’une activité professionnelle ou sportive peut conduire à des douleurs graves ou chroniques d’un système articulaire. Un soin étiopathique rapide permettra de retrouver à nouveau des activités normales.

Avec l’âge, on devient souvent victime de douleurs chroniques, surtout des douleurs de dos. Les douleurs cervicales, les douleurs dorsales, ou douleurs de lumbago sont dues à la modification du fonctionnement de l’épine dorsale. Un soin mécanique exclusif conduira à la disparition de ces phénomènes douloureux.

L’étiopathie sait aussi répondre à nombre de pathologies, qu’il s’agisse de troubles d’origine vertébrale (névralgies d’arnold, névralgies cervico-brachiales, torticolis, dorsalgies , cruralgies…) ou des troubles de l’appareil locomoteur (entorses, foulures, tendinites canal carpien, canal tarsien, algodystrophies…), ou encore des troubles digestifs, comme le reflux gastro oesophagien, les colopathies fonctionnelles… ou bien ceux touchant à la sphère ORL, gynécologique, respiratoire, urinaire, circulatoire, et même des troubles tels que les céphalées, migraines, insomnie, anxiété, zona. Dans bons nombre de traitements, l’étiopathie se révèle plus efficace que d’autres pratiques, y compris la médecine traditionnelle et beaucoup moins onéreuse puisqu’elle peut éviter certaines interventions chirurgicales et la prise de médicaments. En s’attaquant à la cause, une intervention manuelle ciblée permettrait même la disparition des douleurs dont souffrait le malade avec l’assurance qu’elles ne reviendraient pas.

 

Un coût compensé par l’efficacité

Les honoraires sont libres, les traitements ne sont pas remboursés par l’assurance maladie mais de nombreuses mutuelles encouragent et prennent en charge ce type de consultation. L’étiopathie reste une profession très règlementée.
Notons que plus de 700 000 consultations sont dispensées chaque année par des étiopathes. Cette discipline est même définie comme étant la médecine du XXIème siècle car elle apporte des réponses là où parfois la médecine connaît des limites et à Anne GRIVET de conclure « j’ai le sentiment de faire du développement durable dans le domaine de la santé »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *