l’ESS, un acteur de poids dans l’économie

l’ESS, un acteur de poids dans l’économie

L’économie sociale et solidaire était jusqu’alors perçue par certains comme une alternative ponctuelle à la crise et présentée par ses acteurs comme un véritable projet de société car plus respectueuse de l’homme et de son environnement. Sa composition sectorielle orientée vers les services à la population et moins vers les secteurs concurrentiels lui a permis de maintenir une légère croissance de ses effectifs, ce qui ne fut pas le cas des secteurs publics et privés à but lucratif. Désormais elle bénéficie d’une reconnaissance institutionnelle grâce à la loi cadre du 31 juillet 2014 qui a été conçue comme l’instrument du changement d’échelle du secteur, constitué de mutuelles, de coopératives, de fondations, mais surtout d’associations.

 

ess

 

En déterminant le périmètre de l’ESS, la loi lui donne une valeur emblématique et en fait l’un des acteurs de poids de notre économie, notamment en tant que moteur de l’emploi.
Quels sont les véritables enjeux de l’économie sociale et solidaires ? Qu’en est-il sur notre territoire et notamment en Midi Pyrénées? Quelles orientations pour Toulouse Métropole et pour la commune de Saint-Orens ? Comment l’ESS participe-t-elle au développement social local et à l’innovation sociale ? Autant de questions abordées mercredi 12 novembre à l’espace Marcaissonne de Saint-Orens, lors de la matinée débat organisée par la CRESS, sur le thème “L’Economie Sociale et Solidaire : de nouvelles opportunités et une réalité locale”, en présence de Mme Dominique FAURE, maire de Saint-Orens et vice-présidente de Toulouse métropole, Mme Marie-Christine Pons, Conseillère régionale, Présidente de la commission Economie sociale et solidaire, insertion par l’économie et Mme Elvire De Almeida–Loubière, Présidente de la CRESS Midi-Pyrénées.

 

 

Un rôle important pour le territoire

Les échanges de la matinée ont permis de souligner l’importance de la contribution de l’ESS dans le développement économique national puisque, ces 10 dernières années, l’ESS a créé 440 000 emplois nouveaux. Elle constitue de fait un véritable vivier d’emplois pour les 10 prochaines années sachant qu’à l’horizon 2020, 600 000 emplois sont à renouveler en raison des départs en retraite. A ce jour  l’ESS en Midi-Pyrénées représente, à elle seule, 12 300 établissements et 112 200 emplois. Cependant comme l’a souligné Dominique Faure, « le schéma de développement économique doit se construire avec tous les acteurs ». Et d’ajouter que Saint-Orens accueillera tout porteur de projet souhaitant entreprendre et investir sur la commune car l’économie traditionnelle peut aussi s’inscrire dans des valeurs communes à celles de l’économie sociale et solidaire, ces deux mondes économiques étant pleinement complémentaires. Saint-Orens se fixe au cours de son mandat, deux priorités, l’éducation et l’emploi, tous deux figurant au cœur des grand projets sociétaux.

Marie-Christine Pons a, quant à elle, rappelé les engagements forts de la Région dans l’Economie Sociale et Solidaire, qu’elle soutient depuis 2001, car l’ESS replace l’homme au cœur de l’économie et permet le développement local de l’emploi, en agissant notamment auprès des populations les plus fragilisées. La région intervient auprès de l’ESS dans sa compétence générale de développement  économique, d’aménagement du territoire ainsi que dans le cadre de sa politique de développement durable. Marie-Christine Pons a également réaffirmé les engagements de la Région dans la création d’entreprise, en rappelant les outils financiers et les divers accompagnements réservés à la création. d’entreprises sociales et solidaires, dont font partie les couveuses d’entreprise ou les coopératives d’activités et d’emploi. Ancrés sur les territoires, les établissements de l’économie sociale sont, comme l’ensemble des établissements de l’économie résidentielle, moins dépendants de l’extérieur, moins sensibles aux chocs conjoncturels et moins confrontés aux risques de délocalisation.

Madame Elvire De Almeida–Loubière, présidente de la CRESS souligne  que « les événements de ce mois de novembre, mois de l’ESS, seront la vitrine d’un mode d’entreprendre spécifique, d’une autre façon de concevoir l’économie, porteuse d’avenir et de sens pour nos sociétés. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =