L’Economie sociale et solidaire, notre meilleur atout pour l’avenir

L’Economie sociale et solidaire, notre meilleur atout pour l’avenir

Comment surmonter au mieux les crises auxquelles nous sommes exposés dans ce monde d’incertitude ? Entre crise économique et  crise sociale, comment tirer son épingle du jeu et regarder l’avenir avec davantage de sérénité ? Car dans ce panorama un peu sombre dressé par les politiques, il existe des possibles, de vraies alternatives et l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) en fait partie. Mais si l’on interroge le grand public sur sa vision de l’ESS, les visages restent dubitatifs et finalement peu de personnes savent véritablement la définir et expliquer à quel degré nous sommes impliqués ou concernés. Alors l’ESS c’est quoi ?

L’Economie Sociale et Solidaire (ESS) est une autre façon de comprendre et d’appréhender l’économie. En termes simples, elle place les gens et l’environnement au centre des priorités et met les activités économiques au service d’un engagement social.

Cela peut sembler compliqué, mais nous avons tous entendu parler des activités de l’économie sociale et solidaire sans probablement savoir qu’elles y sont liées – on peut citer le commerce équitable, les entreprises sociales, les banques éthiques, les coopératives de crédit, les coopératives pour n’en citer que quelques-unes ! Les modèles sociaux et solidaires sont également devenus populaires dans d’autres domaines, tels que les logiciels libres d’accès, le crowdfunding, l’éco-tourisme, l’agriculture, le recyclage et les énergies renouvelables. En réalité, elle occupe une part de plus en plus importante dans nos vies, parfois sans que nous nous en rendions compte!

 

Un système de valeurs mises au service de l’humain

L’Economie Sociale et Solidaire est transformatrice, car elle valorise les personnes et leurs besoins, leurs capacités, et travaille sans pour autant viser le profit. Elle exige un modèle socio-économique plus redistributif et équitable. L’Economie Sociale et Solidaire est une économie innovante, synonyme de co-production en termes de connaissance, de biens et de services sociaux sur la base de la coopération des différents acteurs et secteurs. Elle favorise également l’inclusion sociale et la cohésion sociale d’une manière durable et continue.

 

Qui sont les acteurs clé du changement ?

L’Economie Sociale et Solidaire (ESS) englobe les organisations et les entreprises qui ont des objectifs économiques, sociaux et environnementaux souvent explicites, qui impliquent des degrés et des formes variées de coopération, d’association et de relations de solidarité entre les travailleurs, les producteurs et les consommateurs et enfin qui pratiquent la démocratie et l’autogestion dans l’univers du travail. Mais elle a également pour vocation de stimuler la participation démocratique à la prise de décision économique, elle vise à créer un système de gestion participative et transparente, fait en sorte que toutes les personnes puissent profiter de l’accès aux ressources, promeut le respect des droits individuels, sociaux et économiques, pousse à l’adoption de critères de responsabilité sociale et environnementale dans la production, la distribution et la consommation. Elle aspire à l’égalité, telle que l’équité sociale et l’égalité dans la distribution de la richesse pour les générations actuelles et futures au niveau local et international.

L’Économie sociale et solidaire est universelle – elle est applicable à l’échelle mondiale. Elle est aussi utile en Europe que dans les pays du Sud, considérés comme pauvres, mais n’est pas quelque chose de nouveau. Elle habite notre société depuis le XIX ème siècle, il s’agissait notamment d’appliquer aux activités économiques les principes démocratiques, comme le principe « une personne = une voix », mais chaque époque requiert que l’on s’y adapte économiquement. Face à notre monde en mutation traversé par diverses crises il devient urgent d’apporter des réponses adaptées à nos besoins sociaux.

Elle répond à beaucoup de significations diverses, mais son but ultime est de satisfaire les besoins des individus et des communautés à travers le monde.
Elle se fonde sur les valeurs fondamentales telles que les droits de l’homme, la démocratie, la solidarité, l’inclusion sociale, la diversité, le développement durable, l’égalité, l’équité et la justice pour tous. Autant de principes et de valeurs nécessaires à une évolution saine et positive de notre société.

 

Est-ce que l’économie sociale et solidaire (ESS) fonctionne?

L’ESS en tant qu’ alternative économique viable connaît un réel intérêt en Europe depuis la crise financière en 2008. En effet à cette époque, l’économie mondiale est effondrée. Les médias ont blâmé les banquiers, les pays avides qui ont trop emprunté et les gens qui ont vécu au-delà de leurs moyens. En Europe de sévères mesures d’austérité ont suivi, en particulier dans les pays fortement endettés comme la Grèce, l’Italie, l’Irlande, la Slovénie, l’Espagne et le Portugal. Ces mesures d’austérité ont touché les plus vulnérables. Il était donc urgent de revoir la copie et développer les champs d’action de l’ESS.

Selon la CECOP (Confédération européenne des coopératives), l’ESS intègre 10% des deux millions d’entreprises européennes (soit plus de 200.000 coopératives) et emploie 11 millions de personnes, soit 4,5% de la population active dans l’UE. Elle  a fait la preuve qu’elle était économiquement viable dans notre monde en développement et en mutation, en particulier en Asie du Sud et en Amérique latine.

Aujourd’hui, sans le savoir, beaucoup d’entre nous pratiquons l’ESS au quotidien, notamment par l’épargne dans une coopérative de crédit ou une banque mutualiste, une banque éthique, ou encore en tant que sociétaires (mutuelles) ou grâce à nos achats via le commerce équitable.

En ces temps incertains il devient urgent de promouvoir davantage de justice sociale et l’engagement citoyen.

 

Source : Challenging the crisis

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 + 9 =