ESS : Une loi pour changer d’échelle !

Par / Il y a 3 années / Politique / Pas de commentaires

delga_tribune_01_12_14

En clôture d’une journée d’échanges consacrée à la loi du 31 juillet 2014 et devant 270 représentants de l’ESS invitées par le Conseil régional Midi-Pyrénées, la Secrétaire d’Etat Carole Delga a réaffirmé son enthousiasme lundi 1er décembre à Toulouse . Appelant de ses vœux « une révolution sociale et solidaire » pour 2015, Carole Delga a redit que les engagements financiers mobilisés pour l’ESS seront tenus en 2015 et que les décrets d’application de la loi seraient publiés d’ici fin janvier prochain.

 

 

 

« Un nouveau logiciel pour de nouveaux potentiels ».

C’est en ces termes que Carole Delga a qualifié la loi. Un texte qui selon elle permettra à l’ESS de changer d’échelle. D’abord par une meilleure identification de son périmètre avec notamment la réforme de l’agrément solidaire susceptible d’apporter une nouvelle dynamique à l’épargne solidaire. Ensuite grâce à la mobilisation de l’investissement privé via la BPI et la mise en œuvre prochaine d’un fond d’impact coopératif d’un montant de 60 millions d’euros et d’un fond d’investissement solidaire ( FISO ) abondé lui de 40 millions d’euros à parité avec les régions.

 

Un optimisme partagé par le Président de Région Martin Malvy qui s’est félicité que la France après la Bolivie, L’Equateur et l’Espagne soit le quatrième pays a avoir adopté une loi sur l’ESS tout en rappelant que Midi-Pyrénées comptait pas moins de 12.250 établissements, soit l’équivalent de 11% du PIB régional et 14% des emplois.

 

Pas moins de 22 intervenants se sont prêtés de bonne grâce aux quatre tables rondes animées par Laurent Dubois, consultant à France 3 Sud durant cette journée consacrée à l’analyse de la loi. L’ensemble des participants ont salué positivement la nouvelle reconnaissance législative de l’ESS en espérant que cette loi servira d’effet levier pour l’avenir quantitatif et qualitatif de l’ESS. Un enjeu majeur à l’heure où la pauvreté s’accélère dans notre pays comme l’a fait remarqué Henri Arévalo, conseiller communautaire du Sicoval qui considère que les acteurs de l’ESS sont les « alliés » naturels pour co-construire un autre modèle de développement avec des collectivités locales en prise avec les contraintes budgétaires.

 

Article rédigé par Franck Demay

Articles similaires

Écrire un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par:*