Ecritures…

Par / Il y a 1 année / Culture / Pas de commentaires
Rencontre à la Librairie Tartinerie de Sarrant (32)  le 16 septembre –

Michèle Teysseyre  y présentera son dernier roman, Loin de Venise, Vivaldi, Rosalba, Casanova (éd. Serge Safran). Soirée Vénitienne.

A l’automne de leur vie, ces trois-là sont exilés de Venise, après y avoir connu la gloire. Entre ombre et lumière, farce et tragédie, l’auteur nos plonge au cœur du quotidien de trois des plus emblématiques personnages de la lagune.

Réservation appréciée pour le repas au 05 62 65 09 51.


L’Économie a-t-elle un sens ? Essai par Philippe Vadjoux –

Le profit est-il légitime s’il ne tient pas compte dPhilippe Vadjouxes coûts sociaux, environnementaux ? L’économie n’est pas d’origine divine ou naturelle, elle dépend de nous, elle évolue. La recherche d’une nouvelle économie plus démocratique, plus créative, plus diversifiée au service des êtres humains et respectueuse de la planète n’est pas utopique. Elle existe au travers d’idées, de projets, d’expériences. Une mutation est possible.

Editeur : L’Harmattan, collection Economie,   ISBN : 978-2-343-07479-5 • novembre 2015 • 346 pages
Le lire existe également en version numérique.

 


 

L’économie sociale au Nord et au Sud –

Par Jacques Defourny,Patrick Develtere, Bénédicte Fonteneau (sous la direction de) Paris, De Boeck et Larcie

ESS

Cet ouvrage collectif comporte une série d’articles dont certains abordent l’économie sociale sous un angle plutôt empirique tandis que d’autres s’attardent davantage aux enjeux théoriques et politiques qu’elle soulève. L’approche générale adoptée est interdisciplinaire et internationale. Les contributions sont signées par une vingtaine d’auteurs provenant des milieux universitaires, de la recherche ou de l’intervention et dont la grande majorité sont originaires de pays du Nord et affiliés à des institutions au Nord. En arrière-plan, une préoccupation partagée sur les moyens à mettre en œuvre pour contribuer à une transformation des rapports sociaux orientée vers le développement de démocraties au sein desquelles s’exprime une citoyenneté active. Une lecture de la réalité qui s’attarde principalement aux dynamiques liant mouvements sociaux, économie mondiale, économie sociale et politiques publiques

“A mesure que s’affine la connaissance socio-économique des pays industrialisés mais aussi des pays en développement, il apparaît de plus en plus clairement qu’une partie significative des activités productives ne cadre pas avec la distinction faite habituellement entre secteur privé (avec but de profit) et secteur public, (d’intérêt général), qui constitue pourtant la grille de lecture la plus couramment utilisée pour classer les entreprises et les autres acteurs générateurs de richesse; et cela reste vrai même si on laisse de côté toute la sphère des activités et échanges domestiques.
Pour les économies en développement, on a bien inventé le concept de secteur informel, afin de rassembler tout ce qu’on ne parvient pas à ranger dans les catégories classiques. Mais cela ne dissipe pas le sentiment de plus en plus répandu qu’in troisième secteur à composante tantôt formelles, tantôt informelles et distinct des secteurs publics et privés traditionnels, existe bel et bien et tend à prendre de plus en plus d’importance tant dans les économies du Nord que les pays du Sud, aussi bien en Ociident que dan ldans l’ancien bloc communiste de l’Est.”

URI: http://id.erudit.org/iderudit/000826ar DOI: 10.7202/000826ar

Articles similaires

Écrire un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par:*