Economie sociale 2015-2020 au Quebec

Economie sociale 2015-2020 au Quebec

Quebec_City

Le 29 mai dernier, Jacques Daoust, ministre canadien de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations au Canada, dévoilait, à Montréal, le Plan d’action gouvernemental en économie sociale, devant plus de cent acteurs et partenaires de l’économie sociale.

quebec2

Lancement officiel du Plan d’action gouvernemental en économie sociale 2015-2020 au Quebec.
Le Chantier de l’économie sociale (organisation autonome ayant pour principaux mandats la promotion et le développement de l’économie sociale au Québec) a accueilli favorablement ce plan d’action gouvernemental qui reflétait les travaux réalisés par la Table des partenaires créée à la suite de l’adoption de la loi-cadre en économie sociale en novembre 2013. Le Chantier considère, en effet, que le plan permet une consolidation de plusieurs outils et secteurs et laisse entrevoir de bonnes possibilités pour le développement des entreprises collectives au cours des prochaines années.

Parmi les mesures phares du plan d’action, notons la recapitalisation du Réseau d’investissement social du Québec (RISQ) à la hauteur de 10 millions de dollars, la bonification de 20 millions de dollars du Programme d’infrastructure en entrepreneuriat collectif (PIEC), l’enveloppe de 30 millions de dollars pour la relance du Programme favorisant la capitalisation des entreprises d’économie sociale d’Investissement Québec, l’enveloppe de 1,5 millions de dollars sur trois ans consacrée au développement de deux créneaux particuliers touchant les services aux personnes âgées ou en perte d’autonomie et l’insertion socioprofessionnelle au sein des entreprises collectives ainsi que la mise sur pied d’un programme de soutien pour encourager l’entrepreneuriat collectif comme solution à la relève d’entreprise.
La reconnaissance du rôle essentiel des pôles régionaux d’économie sociale se traduit notamment par une enveloppe de 5,8 millions de dollars sur 5 ans consacrée au soutien des pôles régionaux existants ainsi qu’au développement d’un pôle d’économie sociale pour les Premières Nations. Les entreprises d’économie sociale émergent en premier lieu de la mobilisation des collectivités locales et régionales et l’ancrage territorial est un facteur clé de son développement. Cet appui financier aux pôles régionaux pourrait créer un effet de levier, ce qui leur permettrait d’identifier d’autres sources de financement pour bonifier leurs interventions sur leurs territoires respectifs.

La réalisation prochaine d’un portrait statistique de l’économie sociale apparaît également comme une bonne nouvelle qui contribuera très certainement à mettre davantage en lumière la force et le dynamisme des entreprises dans toutes les régions du Québec

« Dans cette période de transition, durant laquelle l’écosystème de soutien à l’entrepreneuriat collectif est en processus de redéfinition, les mesures du plan constituent une reconnaissance importante et un outil stratégique pour le développement de nos territoires » a déclaré la PDG du Chantier, Nancy Neamtan. « En discussion depuis de nombreux mois, ce plan confirme aux acteurs de l’économie qu’ils disposeront de moyens intéressants pour continuer, comme ils l’ont toujours fait, à réaliser de grandes choses en s’appuyant sur des partenariats multiples et sur une capacité d’innovation remarquable. Sans aucun doute, il s’agit d’un mouvement citoyen au cœur de l’économie qui n’a pas fini de surprendre! »
Le plan d’action gouvernemental en économie sociale qui a été présenté couvrira la période 2015-2020. Tout au long de cette période, le Chantier de l’économie sociale assumera son rôle d’interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’économie sociale en collaborant activement à sa réalisation et en suivant avec attention son implantation.

L’économie sociale au Québec en bref
L’économie sociale québécoise est composée d’environ 7 000 entreprises, coopératives et OSBL, œuvrant dans 20 secteurs économiques (arts et culture, agroalimentaire, commerce de détail, environnement, immobilier collectif, loisir et tourisme, technologies de l’information et des communications, médias, manufacturier, services aux personnes, etc.) qui emploie plus de 150 000 personnes.

Source : Chantier de l’économie sociale

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *